Avec la neuvième session, la formation au massage a fini d'adopter une pédagogie de la complexité plutôt qu'une approche technique.

 
  Certains veulent faire croire que le massage est une pratique difficile et technique. D'autres le croient. Je pense que c'est vrai et faux à la fois. Le massage intuitif est simple, parce que ses techniques sont rudimentaires. En même temps, le massage intuitif est complexe parce qu'il est un art. Lorsque l'on masse, toutes les dimensions de nous-mêmes sont convoquées dans l'instant présent : notre histoire, notre rapport à notre corps, notre rapport au corps de l'autre, notre estime, notre expérience de la vie, notre expérience du toucher, notre expérience de l'accompagnement, nos émotions et nos pensées du moment, et une infinité d'aspects de notre humanité.
 
  S'il fallait contrôler toutes ces dimensions, alors oui, le massage serait très compliqué. Le masseur débutant est dans cette croyance. Il n'est pas encore dans une connaissance suffisante pour laisser son intuition agir : tout affairé à vouloir contrôler, il n'accède pas à la simplicité de la relation. Il s'accroche à la rampe du savoir, sans oser se lancer dans l'émerveillement de la connaissance intuitive.
 
  L'apprentissage en massage consiste selon moi à amener le praticien à oser ce lâcher prise, et à comprendre toute la force et l'efficacité que son massage peut y gagner. En lieu et place d'une concentration crispante qui cherche dans le mental les enchainements à prodiguer, le masseur expérimenté va lâcher son geste, libérer son mouvement, fluidifier son approche, et apparaître tel qu'il est. L'idée est d'installer une adéquation entre l'état du masseur et le résultat qu'il prétend obtenir.