.

Une naissance, un cri,

Une douleur, un bruit,

Un corps très doux, ami,

Un coeur qui bat la vie.

.

Je voudrais m'arrêter

Sur ce bonheur qui m'est donné

Cette force, jaillie de sa fragilité,

Finit pas de m'étonner.

.

Balayer, balayer, balayer,

Laisser ma détresse où elle est.

Tout paraît beau, tout paraît léger

Comme si le monde avait changé.

.

C'est la vie...

Elle est bien là, divine amie,

Nous dévisage et nous sourit.

.

Une caresse, une joie,

Un sourire, une voix,

Une main tremblante, émoi,

Une âme qui vit de toi.

.

Je voudrais dire merci

Pour ce moment qui me grandit.

C'est comme si je n'étais jamais né,

Avant cet enfant nouveau-né.

.

Balayées, balayées, balayées,

Les blessures de mon passé.

Tout paraît beau, tout paraît léger,

Comme si le monde allait changer.

.

C'est la vie...

Cette présence qui fait aussi

Une existence de ma vie.

C'est la vie...

Elle est bien là, divine amie,

Me donne des ailes et des envies.

.

Henri DIKONGUE.

En savoir plus sur l'auteur